À lire sur Ndq Laurentides
  http://lu.NouvellesDuQuartier.com
  Denis Landry - Publié le 10/06/2013
  Dimolden Photos
   
  Saint-Sauveur se souvient !
 
 

C’est vers 1835, aux abords de la rivière du Nord, que les premiers colons s’établissent dans la vallée de Saint-Sauveur. Quittant Saint-Jérôme, Saint-Eustache, Saint-Janvier et Sainte-Thérèse, remontant par les sentiers et suivant le cours de la rivière, ils sont à la recherche de terrains propices à l’agriculture.

Mais leur rêve de trouver un terrain propice à l’agriculture s’estompe rapidement. La topographie montagneuse et les sols fourmillants de roches rend les travaux agricoles difficiles. Ils pratiquent alors une culture de subsistance. Ils se tournent donc vers la forêt, d’où ils tirent le bois de chauffage, le bois d’oeuvre et la potasse qu’ils vendent à Montréal.

Jusqu’en 1846, les colons de Saint-Sauveur sont rattachés à la paroisse de Saint-Jérôme où ils doivent se rendre pour assister aux offices religieux. Ce qui représente une vingtaine de milles à franchir dans des conditions quelques fois impraticables. Vers 1850, suite à l’occupation du territoire,la mission de la Circoncision est créée. C’est alors que la chicane de “clocher” débute entre les hameaux de Saint-Sauveur et de Piedmont éclate. Tout le monde veut que la chapelle soit bâti sur son territoire. Suite à plusieurs discussions, il est entendu de faire arpenter le territoire et de placer l’église au centre, directement sur une montagne située au lac Millette. Mais finalement, c’est sur un terrain de Saint-Sauveur, donné par MM. Moïse et Jean-Baptiste Desjardins, que sera érigé la première église, en planches et en bardeaux. Le 10 février 1854 la mission devient la paroisse de Saint-Sauveur et le 6 août 1855 Saint-Sauveur est érigée en municipalité. En 1895, la foudre frappe la chapelle qui sera détruite. C’est en 1903 que le curé Saint-Pierre réussi à convaincre les paroissiens de construire une église en pierres. C’est le 25 mai 1905 que la bénédiction de l’église à lieu, en la présence de Mgr Racicot, évêque-auxiliaire du diocèse de Montréal.

C’est en 1872, pour la modique somme de 40 cents par réunion, que Édouard Charbonneau propose au conseil municipal de se réunir dans sa maison, qui deviendra par la suite la salle municipale et fera office d’hôtel de ville.

(Photo 2: Voici la première salle du conseil du village de Saint-Sauveur au début de la colonisation du village. On se croirait dans le "Farwest" Américain.)

(Photo 3: Voici la première salle du conseil du village de Saint-Sauveur aujourd'hui. Un commerce de journaux et magazines.)

Arrivé en 1897, c’est le 22 septembre 1926 que Joseph Chevalier, notaire et maître de poste, est élu premier maire de Saint-Sauveur-des-Monts. Suite à l’incendie de sa demeure en 1903, il fait aussitôt reconstruire. Innovateur, il fut le premier à faire installer l’électricité dans sa maison.

(Photo 4 - à droite : La maison du Notaire Chevalier, à l'époque où elle hébergait le bureau de poste.)

(Photo 5: La maison du Notaire Chavalier aujourd'hui. On y retrouve un café d'une excellente qualité. C'est un endroit où on peut se retrouver pour discuter affaires.)

C’est surtout grâce à l’arrivée du train, vers 1890, que Saint-Sauveur commence à avoir une véritable économie locale. vers 1920, le tourisme fait son apparition dans les Laurentides. La transformation des demeures en maisons de pension, restaurants et auberges prend de l’ampleur. En 1924, adepte de ski, le Marquis d’Albizzi s’établit à Saint-Sauveur et achète de la commission scolaire la maison d’école des Filles de la Sagesse. Il achète ensuite de Bruno et Hector Chartier les lots 427 et 428, situés au nord du village. Après avoir fait déboisé le flanc de la montagne il lui donne le nom de “Côte de la Marquise”. Vers 1930, les premières remontées mécaniques voient le jour et bouleverse la pratique du ski. Les centres de ski se développent et la pratique de ce sport devient la principale activité hivernale économique des Laurentides. Le service ferroviaire, le train de neige tel qu’on le surnommait à l’époque, offre la possibilité de venir pratiquer ce sport sans avoir les tracas de la route.

(Photo 6: La première boulangerie à s'implanter au village, la boulangerie Gauvreau, qui 15 mois plus tard devient la propriété de Édouard Pagé et qui portera désormais le nom de boulangerie Pagé. Là où tous les citoyens du village allaient chercher le pain frais du matin)

(Photo 7 - à droite : La boulangerie Pagé. Là où les citoyens et visiteurs du village vont chercher le pain frais du matin ainsi que certaines gâteries.)

(Photo 8: Ancienne résidence de François-Xavier Clouthier. C'est à la suite d'un voyage dans les provinces de l'ouest, que le maire et marchand général fait construire cette maison en 1905. M.Clouthier voulait donner un air de château à sa demeure. D'inspiration "Queen Ann', la maison est dotée d'une tourelle dans le style Victorien.)

(Photo 9: La maison est restée au mains de la famille Clouthier jusqu'en 1967. Depuis, vouée à la restauration, elle a arboré plusieurs styles de cuisines. Le rajeunissement de cet édifice s'est déroulé entre 1982-1983 pour arriver à ce que nous pouvons admirer aujourd'hui.)

 
  Auteur : Denis Landry - Journaliste
Compagnie/Organisation : Dimolden Photos
Tél. : 514.978.7257
Adresse civique :
Courriel : dimolden@me.com
Page Web : http://lu.NouvellesDuQuartier.com/w/296
 
Imprimer - À afficher / distribuer dans le voisinage / quartier
  Lire l'article complet sur Ndq Laurentides
  http://lu.NouvellesDuQuartier.com
  Denis Landry - Publié le 10/06/2013
  Dimolden Photos
   
  Saint-Sauveur se souvient !
 
 

C’est vers 1835, aux abords de la rivière du Nord, que les premiers colons s’établissent dans la vallée de Saint-Sauveur. Quittant Saint-Jérôme, Saint-Eustache, Saint-Janvier et Sainte-Thérèse, remontant par les sentiers et suivant le cours de la rivière, ils sont à la recherche de terrains propices à l’agriculture.Mais leur rêve de trouver un terrain propice à l’agriculture s’estompe rapidement. La topographie montagneuse et les sols fourmillants de roches rend les travaux agricoles difficiles.

  (...) Lire l'Article complet avec photos couleurs grand format en ligne !
 
  Auteur : Denis Landry - Journaliste
Compagnie/Organisation : Dimolden Photos
Tél. : 514.978.7257
Adresse civique :
Courriel : dimolden@me.com
Page Web : http://lu.NouvellesDuQuartier.com/w/296
 
 

NouvellesDuQuartier.com : Votre journal citoyen

Écrire, lire, partager, se connaître, et se faire connaître dans le voisinage

VOS ARTICLES | VOTRE PAGE WEB | VOTRE MISE EN VALEUR

 
 
(Conseils impression) Imprimer - À afficher / distribuer dans le voisinage / quartier
Il est préférable de cliquer (dans le menu de votre fureteur) sur "Fichier > Aperçu Impression" pour ensuite ajuster la mise en page (menu) pour que tout tienne sur une seule page.